Le prix Bull - Joseph Fourier 2010 pour la simulation numérique a été remis, le 15 juin, par Catherine Rivière, PDG de GENCI, et Philippe Miltin, vice-président Bull Produits et Systèmes, lors du forum Ter@tec 2010.

Le prix Bull – Joseph Fourier récompense une personne pour ses travaux dans le domaine de la parallélisation des applications de simulation numérique sur des architectures traditionnelles ou hybrides, réalisés dans le cadre d’un laboratoire français, public ou privé.

Pour sa deuxième édition, le Prix Bull – Joseph Fourier a été attribué à :

Premier Prix : Dimitri Komatitsch

Professeur de Géophysique, Université de Pau et des Pays de l’Adour, CNRS et INRIA, Institut Universitaire de France.

Pour le premier prix, le jury a désigné un chercheur dont il a particulièrement apprécié à la fois la qualité de ses travaux dans la parallélisation des codes pour simuler des phénomènes globaux, mais également pour l’impact de ses travaux sur la vie des citoyens, puisque ces travaux permettent de mieux comprendre « la propagation d’ondes sismiques dans des structures géologiques complexes à la suite de tremblements de terre et l’étude des effets de site associés liés à la topographie ou à des hétérogénéités latérales fortes de propriétés géologiques ». L’année dernière, Dimitri Komatitsch avait reçu le 3ème prix Bull Joseph Fourier et bénéficié de 100 000 heures de calcul offerts par GENCI. Il remporte cette année le premier prix de 15 000 euros.

2ème Prix : Sébastien Jan

Chercheur au CEA, Direction des Sciences du Vivant, Institut d’Imagerie Bio-Médicale, Service Hospitalier Frédéric Joliot.

Spécialiste de l’imagerie moléculaire, Sébastien JAN travaille sur un sujet d’intérêt général : améliorer la modélisation de la tomographie par émission de positons en vue, par exemple, d’optimiser le dosage que reçoivent les patients traités pour des cancers. Sébastien Jan se voit attribuer 100 000 heures de calcul GPU sur un supercalculateur hybride de GENCI.

3ème Prix : Vincent Moureau

Chargé de recherche au CNRS, au CORIA, le COmplexe de Recherche Interprofessionnel en Aéro thermo chimie à Rouen.

Chercheur en combustion turbulente diphasique, Vincent Moureau perpétue une longue tradition française d’excellence dans le domaine de la mécanique des fluides. Ses travaux devraient permettre de mieux réduire les polluants et de diminuer la consommation dans un grand nombre d’utilisations, que ce soit avec des brûleurs de fours industriels comme des turbines pour l’aéronautique. Vincent Moureau se voit attribuer 300 000 heures de calcul sur un supercalculateur de GENCI.

Lire le communiqué de presse [2]

Consulter le site du prix Bull - Joseph Fourier [3]