L'écosystème du calcul intensif représenté par une pyramide

En France, il existe différents types de moyens de calcul à la disposition des scientifiques, adaptés et accessibles en fonction de leurs besoins et de la taille des projets.

Au niveau régional

Au niveau régional, les moyens dits de Tier2, d’une puissance égale à 1 petaflop/s, sont généralement exploités dans les centres universitaires. Avec Equip@meso [1], porté par GENCI, une dizaine d’entre eux, répartis sur tout le territoire national, ont été renforcés pour offrir un meilleur service. Au total, Equip@meso [2] compte aujourd'hui 15 partenaires.

Au niveau national

Au niveau national, il s’agit des moyens dits de Tier1, de capacité pétaflopique, qui sont ceux des trois centres nationaux de calcul [3] dont la stratégie d'équipement est portée et coordonnée par GENCI.

Au niveau européen

Enfin, au niveau européen, des moyens dits de Tier0, d’une puissance de plusieurs petaflop/s, sont accessibles par le biais de l’infrastructure PRACE [4] dont la France, représentée par GENCI, est un des membres fondateurs. Après la communication de la Commission européenne [5] le 15 février 2012 affirmant l’importance stratégique du calcul intensif pour l’innovation, scientifique et industrielle, en Europe, le Conseil de compétitivité, réuni à Bruxelles les 29 et 30 mai 2013, s’est exprimé dans le même sens. C’est la première fois que les États membres et la Commission européenne adoptent les mêmes conclusions sur l’importance du calcul intensif.