Paris, le 14 juin 2017 – Le Ministère de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et GENCI, Grand Equipement National de Calcul Intensif, se félicitent de la signature du contrat d’achat, au constructeur ATOS Bull, d’un nouveau supercalculateur, au service de la compétitivité scientifique et économique française et européenne, pour un montant d’investissement de 24 millions d'euros.

De gauche à droite : Alain Beretz (DGRI), Philippe Lavocat (GENCI), Jean-Marie Simon (ATOS), Philippe Vannier (ATOS) et Jean-Philippe Bourgoin (MESRI).

 

Installé au TGCC (Très Grand Centre de Calcul du CEA), à Bruyères-Le-Châtel (Essonne), ce supercalculateur développera dans sa configuration initiale, telle qu’installée début 2018, une puissance de calcul de 9 pétaflops, soit 9 millions de milliards d’opérations par seconde (équivalente à plus de 75 000 PC de bureau), multipliant ainsi par 4.5 la puissance par rapport au système BULL Curie actuellement en service au TGCC. Au-delà de sa capacité de calcul, cette machine sera aussi capable de gérer de très gros volumes de données grâce à une capacité de lecture/écriture de données de plus de 500 Go/s. Une extension des capacités du supercalculateur à 20 pétaflops est prévue en 2019.

L’utilisation de la simulation numérique et du calcul haute performance est devenue indispensable dans le domaine de la recherche fondamentale et appliquée ainsi que dans un nombre croissant de secteurs industriels et comme un outil d’aide à la décision publique.

Pour les scientifiques, quelle que soit la discipline, il s’agit d’utiliser un outil de modélisation indispensable complémentaire de la théorie et de l’expérimentation impliquant une production et un traitement rapides de données complexes et massives. Cet équipement de pointe pour les simulations extrêmes permettra d'améliorer les recherches et les applications dans des domaines aussi divers que l’intelligence artificielle, le deep learning, la climatologie, la combustion, les énergies nouvelles, l'astrophysique, la médecine et la biologie, la physique des plasmas, la science des matériaux ou les sciences humaines et sociales.

Egalement au service des industriels, notamment les PME, et des startups, la simulation numérique permet d’optimiser les performances de leurs technologies et de leurs processus, et de préparer les innovations de demain, dans l’aéronautique, l’automobile ou l’énergie par exemple.

Dans un contexte de révolution numérique où de nombreux pays comme les USA, la Chine ou le Japon, investissent massivement dans le secteur stratégique du calcul intensif et du big data, ce nouveau supercalculateur, très performant et moins énergivore, sera également intégré au sein de l’infrastructure européenne de recherche PRACE (PartneRship for Advanced Computing in Europe) dans laquelle GENCI est fortement impliqué.

Cette acquisition fortement attendue marque une nouvelle accélération des investissements dans les infrastructures de recherche. Elle fait suite à la montée en performance du supercalculateur Occigen du CINES à Montpellier début 2017 et sera suivie d’ici 2019 par l’acquisition d’une machine qui sera implantée à l’IDRIS, centre du CNRS, situé sur le plateau de Saclay.

GENCI se réjouit par ailleurs que cet appel d'offre très compétitif ait été remporté par un constructeur européen, ATOS Bull, contribuant ainsi au développement de l'emploi et reconnaissant l'excellence de la compétence scientifique et technologique de la France dans ce domaine à haute valeur ajoutée.


A propos de GENCI

GENCI, Grand Equipement National de Calcul Intensif, est une société civile détenue à 49 % par l’Etat représenté par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, 20 % par le CEA, 20 % par le CNRS, 10 % par les Universités et 1 % par l'INRIA. Né de la volonté politique de placer la France au meilleur niveau européen et international dans le domaine du calcul intensif, fort de l’association des principaux acteurs de la recherche académique et du soutien des pouvoirs publics, GENCI poursuit trois grandes missions depuis sa création en 2007 : financer et coordonner la mise en œuvre d’un plan stratégique d’équipements des centres nationaux de calcul intensif pour la recherche civile ; être un acteur majeur dans l’organisation et la réalisation d’un espace européen du calcul intensif pour la recherche. A ce titre, GENCI représente la France au sein de PRACE ; promouvoir la simulation et le calcul intensif dans la recherche fondamentale et industrielle. Pour plus d’informations : www.genci.fr [1]

 

Contact GENCI :

Séverine SAINT HUBERT

Severine.saint-hubert@genci.fr [2]

Tel : 01 42 50 04 15